À la découverte de la culture Corse

La place de la culture et des traditions en Corse 

Pour bien comprendre l’identité corse, notamment d’où elle vient et ce qui la structure, il est important de s’intéresser à l’histoire de ce territoire mais aussi à sa géographie, en particulier à son insularité. Les activités que l’on y pratique, principalement agricoles et pastorales, façonnent aussi cette identité. Elles renvoient en effet à une certaine culture liée à la terre mais aussi à la famille, aux ancêtres et plus largement à toute une communauté (clan, village…)

La religion catholique tient une place importante en Corse. L’île vit au rythme de différentes manifestations qui suscitent toujours un engouement que l’on retrouve rarement dans d’autres régions françaises, telles que les processions, les confréries, les pèlerinages ou les fêtes. L’on notera au demeurant que l’hymne de la « nation corse », le Diu via Salvi Regina, est un chant religieux dédié à la Vierge.

La culture corse est essentiellement orale, s’exprimant notamment par le chant et la langue. La langue, justement, nous dit beaucoup sur l’histoire et l’identité des habitants de l’île de Beauté. Elle a des racines essentiellement latines mais évolue au fil du temps au gré des influences toscanes et génoises. A l’époque moderne, les influences du français contribuent à l’évolution de cette langue.

Si la langue corse se caractérise par une certaine cohérence sur tout le territoire insulaire, on observe quelques variations, phonétiques ou lexicales, en fonction des différentes microrégions composant l’île. C’est le cas par exemple des noms relatifs à la faune, la flore ou à la vie pastorale.

La langue constitue le socle sur lequel repose la culture corse. Elle favorise depuis toujours la transmission de traditions orales de génération en génération. Parmi ces traditions, on retrouve notamment les contes, les berceuses et les comptines mais aussi des joutes verbales improvisées et chantées que l’on appelle « chjama è risponde » et bien d’autres encore.

S’il était autrefois la langue du quotidien, le corse s’est progressivement effacé au profit du français, la langue administrative. Il n’a pas totalement disparu non plus. Bien au contraire, la langue suscite de nouveau, à partir des années 1970, l’intérêt des habitants de l’île. Il y a peu de chances qu’elle disparaisse puisqu’on l’enseigne dans toutes les écoles.

Les coutumes corses

Les chants polyphoniques, profanes ou sacrés, occupent une place particulière dans la culture corse. Ils permettent de perpétuer la mémoire insulaire et accompagnent les différents événements du présent. Parmi eux, on retrouve notamment les « Paghjelle » des bergers, des chants archaïques dont les paroles poétiques évoquent les événements de la vie. Leurs mélodies à trois voix bercent aujourd’hui encore les principales fêtes religieuses ou sociales corses.

Les chants polyphoniques sacrés traditionnels sont incontournables dans les différentes pratiques religieuses corses. On les entonne pendant les fêtes religieuses, les processions et les messes. Le plus emblématique d’entre eux étant le Diu vi Salvi Regina.